En France, près de 80 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans aucune qualification. Notre pays compte 60 000 jeunes mineurs ni en emploi, ni en formation, ni en études « Neets ». Ces jeunes mineurs se heurtent à de grandes difficultés pour s’insérer sur le marché du travail et sont les premières victimes de la pauvreté.

L’article 15 de la loi pour une école de la confiance de 2019 concrétise un engagement gouvernemental de la stratégie de lutte contre la pauvreté. Il prolonge l’instruction obligatoire par une obligation de formation pour tous les jeunes de 16 à 18 ans. La loi prévoit le droit, pour chaque jeune entre 16 et 18 ans, de pouvoir intégrer un parcours adapté à ses besoins. L’obligation de formation va au-delà du droit au retour en formation ou du droit à une formation professionnelle : elle inclut d’autres situations comme l’emploi, le service civique et l’engagement dans un dispositif d’accompagnement ou d’insertion sociale et professionnelle. Ces situations, si elles ne sont pas des solutions de « formation » au sens strict, contribuent à l’élévation du niveau de compétences des jeunes concernés et sont de nature à favoriser une insertion sociale et professionnelle durable.

Image

Le dispositif « Promo 16.18 » implique dans un premier temps de repérer et de contacter les jeunes concernés, de leur proposer un accompagnement adapté grâce à un entretien de situation et de leur présenter sur cette base une solution d’orientation ou un parcours d’accompagnement renforcé leur permettant de les remobiliser et de les insérer.

Image

Développé via le Plan d’investissement dans les compétences, ce programme consiste à redonner à 35 000 jeunes d’ici 2021 la capacité de se projeter, en leur faisant découvrir des métiers pour imaginer et construire leur projet professionnel. Il leur permettra également d’acquérir des compétences socles et de se confronter à la réalité du monde du travail. Ce programme de 4 mois porté par l’AFPA vise, pour les jeunes qui n’ont pas pu rentrer dans le cadre scolaire, à changer le regard qu’ils portent sur eux-mêmes, sur leurs pairs, sur l’entreprise et sur la société.

La Promo 16.18 est un programme dédié aux jeunes de 16 à 18 ans concernés par la mise en œuvre de l’obligation de formation à la rentrée 2020 , c’est-à-dire qui ne sont ni au collège ou au lycée, ni en formation ni en emploi Il s’inscrit dans le cadre du Plan #1Jeune1Solution et intervient en complémentarité des dispositifs existants pour lutter contre le décrochage scolaire.

Image

La Promo 16.18 est un dispositif de mobilisation innovant de 13 semaines qui permet de :

  • Réconcilier les jeunes avec leur avenir : révéler leurs rêves, leurs talents dans un cadre de confiance ouvert à toutes les possibilités d’orientation,
  • Les guider vers l’autonomie en les sortant de leur univers quotidien : développer la confiance, l’estime de soi, l’ambition et la capacité à agir sur son parcours,
  • Leur faire découvrir les métiers et les opportunités dans leur région et/ou dans d’autres régions, et notamment les métiers émergents ou en tension
  • Valider leurs compétences et expériences par des open badges : compétences socles et transversales, compétences numériques.

Les missions locales exercent cette nouvelle fonction de mise en réseau, en lien étroit avec les autres acteurs, dans le cadre des plates-formes de suivi et d‘appui aux décrocheurs : réseaux Foquale des acteurs de l’éducation nationale (établissements scolaires, centres d’informations et d’orientation, mission de lutte contre le décrochage scolaire, structures de retour à l’école type micro-lycées), Pôle emploi, écoles de la deuxième chance, etc.

Au-delà d’une formation strico-sensu, la promo 16-18 permet de proposer aux jeunes un accompagnement social, sportif, découverte culturelle et artistique. Les acquis sont donc validés par une certification en « Open Badge » (déclaration dématérialisée de l’acquisition des compétences socles, compétences transversales et compétences numériques).

Image

Actuellement, dans le département des Yvelines, 27 jeunes sont suivis via ce dispositif (19 à Magnanville, 8 à Trappes) avec un objectif de 414 jeunes accompagnés durant l’année 2021.